top of page

AGRICULTURE : Interview Patrice Gautier


Patrice Gautier. Maire d'Evran. Vice-Président de Dinan Agglomération, en charge de l'Agriculture et de la Mer.



Le prix des terres agricoles continue d’augmenter :



En marge du "Forum de la transmission des exploitations agricoles" Patrice Gautier, maire de la commune et vice-président de Dinan Agglomération a répondu à nos questions :


Bonjour Monsieur le maire. Vous êtes vice-président de Dinan Agglomération en charge de l’agriculture et de la mer. Á Évran, vient de se tenir un forum sur la transmission des exploitations agricole. Que pensez-vous de ce dispositif mis en place par Dinan Agglomération et la Chambre d’Agriculture de Bretagne ?


Au cours des deux dernières années, l’organisation d’activités visant à augmenter le nombre d’installations a été augmentée sur notre territoire du fait de notre volonté politique, notre ingénierie et des financements (fonds européens et Plan de Relance du Ministère de l’Agriculture) que nous avons pu octroyer à plusieurs partenaires dont la Chambre d’Agriculture. Cependant, certaines actions collectives comme le forum ne produisent pas suffisamment de résultats et nous allons privilégier dès la rentrée les actions individuelles : par exemple, en allant à la rencontre de celles et ceux qui envisagent de transmettre, en les aidant à trouver le bon repreneur etc. Une action ciblée au cas par cas.



Comment se passe la transmission des exploitations agricoles en Pays de Dinan ?


Lors des cessations d’activité agricole, le devenir des terres s’effectue de différentes manières : Agrandissement de fermes existantes : dans certains cas, cela est justifié, dans d’autres cas, l’agrandissement est exagéré. Installation de nouveaux agriculteurs : le plus simple quand l’activité est reprise telle quelle ; mais nous aurons de plus en plus de situations où le départ en retraite d’un éleveur de vaches laitières permettra l’installation de 2 ou 3 agriculteurs qui se partagent la ferme avec pour chacun d’entre eux un parcellaire plus modeste. Ainsi, une ferme de bovins laitiers de 80 hectares peut être convertie en 1 élevage de caprins laitiers de 40 hectares, une arboriculture sur 30 hectares et 1 maraichage sur 10 hectares. Ou un mixte entre agrandissement et installation.



Le prix des fermes agricoles est-il en hausse ?


Sur Dinan Agglomération - et ailleurs en Bretagne - le prix des terres agricoles continue d’augmenter. De 3.000 à 4.000 euros/hectare en 2000, elles sont maintenant autour de 6.000 à 7.000 euros/hectare. Il y a des solutions de portage foncier (SAFER, Groupement Foncier Agricole etc.) qui permettent d’éviter à celui ou celle qui s’installe d’acheter, lui permettant ainsi d’être locataire.



Les superficies des terres vouées à l’agriculture biologique sont-elles en augmentation ?


Le territoire de Dinan Agglomération est passée de 24 exploitations en agriculture biologique en 2010 à 73 en 2020 mais cela ne représente que 5% de la surface agricole utile (contre 8% en Europe dont l’objectif est d’atteindre 25% des surfaces en 2030).



Et qu’en est-il de l’agriculture maraichère ? Les exploitations sont-elles pérennes ?


Elle se développe et cela devrait continuer au vu des candidats et des besoins des consommateurs. Cela concerne de très petites surfaces (souvent moins de 5 hectares). La plupart sont pérennes. Lorsque nous étudions leur dossier pour l’octroi de prêts d’honneur, nous vérifions que leurs prévisions techniques et financières soient réalistes. Il y a et il y aura forcément des difficultés tout comme il en existe en production laitière etc.



Quelle est la situation sur la commune d’Evran ?


Il y a autant d’installations que de départs. La dernière installation en date est la Ferme des Ondines en maraichage via le rachat d’un vieux corps de ferme avec 7000 m2 de terrain. En production laitière, ceux qui ont transmis n’ont pas eu de difficulté majeure à trouver un repreneur.



Quels profils souhaitent s’installer sur Dinan Agglomération ?


En ce moment, nous sommes en recherche de fermes ou de terres sans bâtiment pour 5 candidats en maraîchage, 3 en vaches laitières, 2 en ovin / caprin, 1 en bovin viande et cultures, 2 en fruits, 1 en agritourisme, 2 en ferme pédagogique, 2 en production de fleurs, 1 en lombriculture, 1 en pépiniériste, 1 en activité équestre etc.



Propos recueillis par Luc Boutet








30 vues0 commentaire

Comments


bottom of page